Quand, dans l’amour, je demande un regard

rachel br

Je ne suis pas forte

Je suis dure

tu confonds

ce n’est pas du tout pareil

tu vois

moi je suis faite de brisures

de cassures

de fêlures

je suis ébréchée

écornée

entaillée

parfois ça éclate en mille voix

je les sens dégringoler

se répandre à mes pieds

comme des étoiles

dans leur dernier scintillement

poudreuses et argentées

parfois aussi

j’essaie de les ramasser

ces petites fractions

qui feraient de moi

celle que je ne suis pas

je me penche et les ramène en mon sein

quelque part au niveau du thorax

je les tiens en mon poing serré

ne pas éparpiller

ne pas laisser filer

je les love dans ma poitrine

comme si de rien n’était

l’instant d’après

je calfeutre la plaie

par un sourire ourlé de perles

bientôt givrées

sur mes lèvres et dans mes yeux

ma manie ontologique

des fractures non consolidées

foncièrement insatisfaisante

et toujours manquée

parce que jamais tu ne me regardes

là où je te vois

.

.

Quand, dans l’amour, je demande un regard, ce qu’il y a de foncièrement 
insatisfaisant et de toujours manqué, c’est que jamais tu ne me regardes là 
où je te vois. Inversement, ce que je regarde n’est jamais ce que je veux 
voir. Lacan