Autan tempétueux en son domaine

DDQA3hjXoAAlm8c

Tu n’as pas la place pour moi

seulement pour l’idée de moi

dans nos vies organisées millimétrées

luni-solaires et calendaires

la moi faite de sang et de chair

est rangée dans sa boîte de taffetas

pékin satin et organza

ballerine en crinoline

pâle et muette en serinette

habillée des pensées de cabaret

auditorium et music-hall

jupon arceau baleine

elle ne s’anime qu’à son réveil

dans un réflexe d’automate

suites nocturnes limonaires

pour la ravir à la poussière

sur un finale de sonate

sur une presque-symphonie

elle joue sa vie

finement réglée en parodie

auréolée de micro-succès

avant le retour du sortilège

tombé en voile sur son manège

son sarcophage rose poudré

 

Mais moi tu vois

je suis la vie

mes 5 ans échevelés à jamais

sur les portraits débraillée

socquettes tire-bouchonnées

trop vive pour contenir

dans un seul polaroïd

je suis l’air exhalé de tes poumons

je suis ta pulsation

je suis l’autan s’amplifiant

sur les vallées et les sommets

je suis la faim

je suis la soif

tu es ma source et mon canal

je suis geyser au Turkana

l’incontenable

et la hors-cadre

je suis le rouge incarnat

dont le rubis te teinte les doigts

celui des départs d’incendie

abolition des chronologies

je suis celle qui immole l’été

dans un ultime brasier

les saisons n’ont pas toutes la même peau

c’est absolument faux

je suis la tempête

sur les falaises et sur les crêtes

dust devil sur HPA

villages rasés sur Fujita

je suis fumée et je suis cendres

je suis coulée, je suis volcan

je suis Tara sous le couchant

 

Et je pleure des romans

qui racontent les oiseaux absents

 

.

 

.