La ville, le jardin, la mémoire

dustin-hoffman-and-ann-bancroft-in-the-graduate-1967

Tu me regardes écrire

des mots noirs

sur une feuille pale

bordée de pétales

calligraphie de nuit

muette de circonstance

un filin blanc nous relie

mes mots naissent dans ta bouche

et coulent dans mon oreille

des dentelles noires

sur ma peau blanche

mes yeux prennent vie

sur un écran

abolition des distances

Rome pour résidence

romans et descendance

une vie à 75 pour cent

sur le givre de mes pensées

tu as déposé un baiser

sur un décembre glacé

un pollen de méditerranée

Anna Maria Louisa

italienne par deux fois

Il fait froid.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s